top of page

Vos enfants réussiraient-ils à devenir une star de la Kpop ?

Le très réputé quartier chic de Gangnam, à Séoul, est connu pour ses établissements d'enseignement privés, appelés "hagwon". Voir des élèves se ruer vers les hagwon après l'école est tout à fait ordinaire pour les Séoulites.


Mais le nombre d'académies privées qui proposent des cours de danse et de chant s'est multiplié, car de plus en plus de jeunes aspirent à devenir des stars de la K-pop.



Lee Yu-chan (gauche), 9 ans, and Woo Seo-yul, 8 ans, en cours de technique vocale . Crédits photos: Park Jun-hee


Les tutoring privés


Lee Jae-won dirige depuis huit ans une académie de danse à Apgujeong-dong, dans le sud de Séoul, où il forme de jeunes aspirants « idols ». L'institution de Lee forme à la base les stagiaires dans le but de les faire entrer dans de grandes agences pour qu'ils puissent faire leurs débuts en tant qu'artistes.


"Il existe de nombreuses académies qui accueillent les adultes et les adolescents, et certaines proposent même des cours axés sur les auditions, mais il n'y a pratiquement aucun institut qui enseigne les compétences de base aux jeunes enfants", a-t-il déclaré.


L'institut propose des cours de danse aux niveaux débutant, intermédiaire et avancé. Les débutants apprennent les bases, comme la façon d'utiliser leur corps et de faire des mouvements de danse faciles sur de la musique K-pop. Au niveau suivant, ils apprennent des chorégraphies plus complexes et s'essaient à des genres comme le hip-hop et le popping.




En Corée du Sud, l'âge moyen d'un chanteur débutant est de plus en plus bas, et certains groupes de K-pop imposent des limites d'âge pour les auditions. Lee explique que c'est pour cette raison qu'il dispense une formation approfondie, car les espoirs des « idols » ne peuvent survivre face à l’extrême compétitivité de stagiaires des grandes agences sans posséder les bases.



Lee propose des cours séparés pour les garçons et les filles, car les stagiaires masculins et féminins doivent apprendre des styles de danse différents. L'académie organise également des cours en fonction de l'âge - il existe des classes pour les élèves de la première à la troisième année, pour ceux de la troisième à la sixième année et pour les collégiens, car les capacités varient.


En parlant des stagiaires de l'académie qui sont entrés dans des agences de renom, Lee se souvient avec émotion d'un excellent élève qui travaille maintenant pour Big Hit.


"(Le gamin) avait de nombreux charmes et de nombreux talents qui lui étaient adaptés. Mais ses parents ne voulaient pas voir leur fils sur scène. Heureusement, il est entré chez Big Hit il y a deux ans comme l'un des plus jeunes stagiaires et il réussit chaque évaluation de fin de mois."


Lee ajoute qu'en plus d'acquérir les compétences nécessaires, les candidats aux « idols» doivent savoir être modestes et assidus, car devenir une vedette de la scène musicale n'est pas une promenade de santé.


Une seule obsession : devenir la prochaine sensation de la K-pop


"Je suis polyvalente avec un joli visage." Woo Seo-yul en cours de guitare.

Crédits photos: Park Jun-hee


Woo Seo-yul rêve de devenir la prochaine IU, la plus riche superstar de la K-pop. La jeune fille de 8 ans, qui vit dans le quartier de Geumcheon, au sud-ouest de Séoul, se réveille à 7 h 30 pour aller à l'école, suit ses cours à l'école primaire de 9 heures à 13 heures, puis sort pour aller s'entraîner.


Cette scène est singulière dans une nation où les matières académiques décident de l'avenir de chacun. Mais aujourd'hui l’ambition la plus haute pour les millenials est de travailler pour devenir la prochaine sensation mondiale.



"L'industrie a été inondée d'émissions d'audition diffusées sur les chaînes du réseau national et d'autres plateformes de streaming", a déclaré le critique de la culture pop Kim Hern-sik. Il a ajouté que les gourous de la K-pop, tels que Park Jin-young de JYP Entertainment et Lee Soo-man de S.M. Entertainment, apparaissent dans l'émission et participent parfois au processus de recrutement.


Il a poursuivi en disant qu'en plus de leur talent et de leurs compétences, les groupes d' « idols »sont vénérés en raison de leur richesse et de leurs privilèges, ce qui explique pourquoi les aspirants espèrent faire parler d'eux comme BTS. Les compagnies et le gouvernement encouragent cela d’ailleurs mais dupliquer le succès de ces 7 artistes masculins n’est pas chose aisée.


Lee Sun-kyoung, la mère de Seo-yul, a déclaré qu'elle ne s'était jamais imaginéedans cette situation. Mais aujourd'hui, elle fait plus d'une heure de route pour déposer sa fille dans cette académie, deux fois par semaine.


"C'est déchirant de voir ma fille vouloir devenir une idole, car tout le monde veut en être une. Ma fille ne fait que ça : chanter et danser, en plus d'aller à l'école", a déclaré Mme Lee. Elle ajoute que les frais de scolarité sont également un fardeau.


Mais Mme Lee pense que les efforts de sa fille finiront par payer.


"Je suis consciente que la route vers les « débuts » n'est pas facile, c'est pourquoi je soutiens constamment ma fille. Mais même si elle ne le devient pas, j'espère que ma fille pourra faire valoir son talent en tant que danseuse ou professeur de danse."


D’impossibles rêves ? Sous l'impulsion de l'ascension fulgurante du boys band BTS au cours des dernières années, de plus en plus d’artistes de la K-pop ont acquis une immense popularité dans le monde entier auprès de personnes de tous âges et également en France.



Mais ce niveau de célébrité est difficile à atteindre. Les artistes musicaux moins connus sont souvent confrontés à des difficultés sur la scène musicale.


Une jeune femme de 27 ans, prénommée Park, a toujours eu en tête de devenir une idole de la K-pop. Enfant aux États-Unis, elle a toujours été fascinée par la K-pop, même si elle n'a jamais pensé en faire son métier. Mais à la fin de sa dernière année de lycée, elle a sauté dans un avion pour la Corée après avoir passé une audition pour la deuxième saison de l'émission de télévision "K-Pop Star", diffusée sur le réseau terrestre SBS en novembre 2012.


Après avoir participé à 10 auditions en Corée, elle a été acceptée par une agence et a finalement fait ses débuts. Mais l'expérience s'est finalement soldée par une déception.


"Être dans une petite entreprise a plus d'inconvénients que d'avantages. De la façon dont les membres du personnel du divertissement de haut rang vous traitent, et comment vous ne recevez pas de traitement préférentiel, contrairement à d'autres groupes des géants ", a déclaré Park.


"Plus votre entreprise est grande, mieux vous êtes traité".

Le favoritisme à l'égard des grandes entreprises a une incidence sur les émissions auxquelles les artistes sont affectés, a-t-elle ajouté, ainsi que sur le temps d'écran, les salles d'attente et la possibilité de gagner sa vie.


"Les compagnies investissent dans des stagiaires, et il faut au moins un à trois ans pour les rembourser jusqu'au moment où le groupe commence à gagner de l'argent", dit-elle. Mais Park s'est retrouvée avec plus de dettes que d'argent parce qu'elle n'a pas eu la possibilité de se promouvoir, ce qui est l'une des principales raisons pour lesquelles elle a décidé de ne pas poursuivre sa carrière de K-pop.


"Faire ce que vous aimez et gagner de l'argent semble presque trop beau pour être vrai", a déclaré Park.


"Mais quand vous commencez à voir à quel point il est difficile de le faire, et à ne pas pouvoir y parvenir en un à quatre ans, vous commencez à vous perdre vous-même. Parfois, il faut être un peu plus réaliste, même si cela signifie ne pas pouvoir poursuivre ses rêves."



Crédits photos: Park Jun-hee

692 vues1 commentaire

1 Comment


J'aime bien la k-pop.

Ses mon rêve depuis un bout de temps.

Puis avoir des fans et des amis qui m'aime.

Et faire de moi la meilleure chose de tout ma vie.

Like
bottom of page